Les Francs Arquebusiers de Visé - le 20e siècle première partie

Home Retour au 19e siècle Vers le 21e siècle dernière mise à jour:27/04/10

visiteurs depuis septembre 2002

Vous entendez la Marche du 13e de Ligne

En 1900,
la gilde participe à un concours des joyaux des gildes et y remportera plusieurs prix.
Sur une des rares photographies existante, on peut contempler l'ancien patrimoine des Arquebusiers de Visé,
malheureusement disparu aujourd'hui.
Elle remporta aussi le prix de la société la plus nombreuse des gildes de Belgique

L'exposition de 1900
expo joyaux des gildes Liège 1900

  Parmi les objets exposés, plusieurs pièces viennent de membres qui les ont prêtées pour l'occasion ainsi que les deux statues de St Martin qui seront détruites pendant la grande guerre
Sur la photo générale on voit celui du centre, l'autre est à droite près de l'escalier
Vieux St Martin statuie détruite en 1914 St Martin des Francs Arquebusiers détruit en 1914

En 1901
A l'occasion de l'inauguration du Dapeau Royal et de celui offert par Mademoiselle Fayn
la compagnie pose pour la postérité
on reconnait Clément Scaff au premier rang
Les Arquebusiers de Visé en 1901

En 1903
Le Roi Léopold offra un superbe prix de tir à la gilde: 12 couverts en argent.
La même année Melle Fayn fit don d'un nouveau drapeau, celui des membres honoraires et invités.


En 1905
Le Roi fit dont à la compagnie de son portrait en uniforme de Lieutenant-général
La Belgique fête le 75e anniversaire de son indépendance
Lors des festivités alors organisées, la compagnie participera au cortège des drapeaux de Bruxelles,
où on retrouvera aussi nos amis les
Arbalétriers visétois.
100 ans plus tard, les Francs Arquebusiers seront à nouveau invités aux cérémonies officielles
pour la même occasion en souvenir de la participation de la compagnie aux combats de 1830
(voir page
Bruxelles)
Le cortège des gildes, défilé des bannières Bruxelles 1905

A Bruxelles la compagnie avait remporté une médaille de vermeil et plusieurs primes ainsi qu'un premier prix et une médaille d'argent dans la catégorie des drapeaux modernes, puisqu'il était d'usage à l'époque de remettre des prix lors de telles manifestations.
Voir page Musée


Les Arquebusiers de Visé en 1905, gravure de Nicolas Dorville,rééditée par les anciens arquebusiers
Les Arquebusiers de Visé en 1905
gravure de Nicolas Dorville réalisée à l'occasion de l'expo internationale de Liège en 1905

En 1908,
changement encore pour l'adoption d'un pantalon rouge.
le choix de cette couleur, symbole du parti catholique, sera aussi un des motifs de troubles dans la gilde,
dont les vieux membres se veulent apolitiques
Beaucoup de membres se sont opposés à ce que, comme autrefois pour le Prince-Evêque, autorité politique et religieuse,
les honneurs soient rendus de la même manière à l'évêque de Liège en visite à Visé lors des confirmations, lequel ne représentait plus une autorité dirigeante mais exclusivement religieuse à laquelle la gilde n'avait plus de raison de se soumettre.
C'était en effet le Prince et non l'Eveque qui accordait autrefois les titres, privilèges et statuts et l'abolition de l'Ancien Régime ne reconnaissait plus aucun pouvoir à un évêque, simple représentant du pouvoir religieux.
De nombreux membres boudèrent alors la fête jusqu'à un éclatement

Une lutte interne conduisit au début du XXe siècle à un éclatement de la vieille gilde.

En 1909,
une grande partie de celle-ci, le Président Clément Scaff en tête, suivi de plusieurs membres du comité directeur et des plus vieux membres, opta pour la dénomination de
FRANCS ARQUEBUSIERS

entendant par le terme FRANC perpétuer,
sans attache philosophique ou politique aucune,
les traditions des ancêtres de 1579.
Cette neutralité idéologique et politique deviendra
l'article 1 des statuts adoptés en 1910.

armoiries des Scaff
SCAFF
le blason des Francs entre 1910 et 1926
FRANCS ARQUEBUSIERS

Dès 1910 et aujourd'hui encore,
pour rappeler leur première sortie officielle sous leur nouvelle dénomination empreinte de liberté,
le banquet de ceux que les visétois appelaient affectueusement "les vîx rodjes"
se tient traditionnellement en mars



blason des Francs Arquebusiers,
Le blason actuel des Francs Arquebusiers
d'argent à bordure d'azur, à deux fusils en sautoir entourés de palmes d'or,
les armes de la Ville de Visé sur le tout

L'écu est parfois couronné pour rappeler le titre de Royale de la gilde

Avant 1926, l'écu central était d'argent à barre d'azur et devint comme aujourd'hui d'azur à bande d'argent lorsque la Ville de Visé reçut officiellement ses armoiries

La Compagnie Royale des Francs Arquebusiers a aujourd'hui comme objectif:

1° De perpétuer, par l'organisation de fêtes, cérémonies et commémorations, ou tout autre moyen approprié, les traditions ancestrales des Gildes, Serments et Corporations, et Milices Citoyennes, particulièrement de Visé et de l'ancienne Principauté de Liège, et ce dans le respect des statuts de l'ancienne gilde dans ce qu'ils ont encore de conciliable avec la vie d'aujourd'hui

2° D'entretenir un devoir de mémoire et de reconnaissance envers tous les glorieux ancêtres qui ont marché dans ses rangs et envers ceux qui comme elle ont participé à la défense des libertés, ainsi que de perpétuer l'attachement à saint Martin.

3° D'acquérir, de collectionner et de conserver, via son musée, dans un but historique, archéologique, folklorique et artistique, tous les objets et documents, et témoignages anciens ou modernes, ayant trait, soit avec son origine ou son histoire, soit avec son organisation.
De conserver et développer ce patrimoine et de le faire partager par toute voie possible

3° De perpétuer, de perfectionner et d'encourager la pratique du tir au fusil ou à la carabine

4° De stimuler et d'entretenir entre ses membres et sympathisans l'esprit de paix, honneur, confraternité et de confiance réciproques, de tolérance, d'ouverture et d'esprit civique et d'entraide, caractéristiques des membres des anciennes Gildes.

En 1909, au début de la scission, Anciens Arquebusiers et Francs Arquebusiers, sans en être propriétaires,occupèrent le même local, ... pendant un temps seulement.
Dans "le Petit Populaire" du 28 janvier 1910, on pouvait lire que le gérant du café, sympathisant des Francs expulsa les "Rouges" du local qu'il leur sous-louait jusqu'alors,
et "les Rouges" tinrent leur bal dans la Salle Mathot Rue du Pont ( journal d'Aubel 23/6/1910)
En 1910, Joseph Humblet écrit
Les Francs Harquibusis
chant en wallon qui raconte la scission

En 1910,

Les Anciens Arbalétriers de Visé fêtent leur 600e anniversaire
Ce fut l'occasion d'un grand cortège auquel les Francs participèrent de manière officielle en ouvrant celui-ci.
Au lieu dit "le Tochet" près de la rue du Perron actuelle, les Tambour-Majors des Arbalétriers et des Francs Arquebusiers se serrèrent la main au milieu de la rue sous les vivas d'une foule enthousiaste.
L'amitié entre Anciens Arbalétriers et Francs Arquebusiers ne s'est depuis jamais démentie.
De nombreuses sociétés venues de belgique et d'ailleurs étaient présentes au cortège
C'est aussi une époque d'inondations comme on le voit ici à Cheratte

En 1913,

Les Francs doivent abandonner leur local de la Renaissance

Le bail du gérant venant à expiration, les propriétaires de la Renaissance mirent le bâtiment en vente,
en effet la gilde des arquebusiers n'avait jamais acquis le bâtiment où elle tenait ses fêtes.
  Les Francs Arquebusiers ne participèrent pas aux enchères car ils projetaient la construction d’un nouveau local dans la rue Dodémont actuelle, à proximité du nouveau centre ville qui se développait alors aux environs de la gare.
Un des membres de la Compagnie y possédait un terrain.
C’est ainsi que le local  de la Renaissance, d’abord acquis par une tierce personne, fut finalement racheté par les Anciens Arquebusiers qui entrèrent effectivement en sa possession en 1913 en y faisant leur rentrée officielle pour leur fête du 1er juin.
Des assiettes provenant de la Renaissance sont toujours visibles au musée des Francs Arquebusiers
En 1914 l'ancien local de notre gilde sera brûlé par les troupes allemandes et reconstruit dans sa forme actuelle grâce au soutien financier de l'Office des Régions Dévastées
(sigle O.R.D. visible sur les façades de beaucoup de maisons visétoises).
La Grande Guerre arriva et le projet de construction du nouveau local fut remis à plus tard

 

Un joli site sur le Liège d'autrefois en images

 

En 1914
Les troupes allemandes envahissent la Belgique et en peu de temps arrivent à Visé.

Des combats se déroulent dans la ville
6 gendarmes qui revenaient de Gemmenich, commandés par le maréchal des logis chef Peiffer, s'opposent aux allemands pourtant vingt fois plus nombreux.
Auguste Bouko,maréchal des logis,tué à Visé le 4 août 1914 insigne de la Gendarmerie,premier corps armé constitué en Belgique Jean-Pierre Thill,maréchal des logis,tué à Visé le 4 août 1914
Auguste Bouko et Jean-Pierre Thill
furent les deux premiers gendarmes tués aux côtés de leurs collègues
Noerdinger, Justin,Peiffer et Boulanger qui, blessés , après des mois de convalescence iront se battre sur le front de l'Yser
Un monument en leur honneur sera inauguré le 19 septembre 1920 et détruit par les allemands en 1942

En face, depuis la rive gauche, sous le commandemant du Major Collyns,
le IIe bataillon du
12e de Ligne défend la position
et voit tomber
Louis Maulus et Prosper Van Gastel.

Visé à le triste honneur de posséder les monuments qui commémorent les premiers soldats tombés au champ d'honneur
De rage les troupes allemandes qui ne s'attendaient à aucune résistance en Belgique mettront le feu à la ville.
Cela faisait aussi partie d'une tactique basée sur la terreur afin que personne n'ose entraver la marche des allemands.
Pourtant l'armée belge, bien que mal organisée, vieillote, manquant d'officiers, fera un remarquable travail, faisant preuve d'un courage que nulle autre grande armée au monde ne remettra jamais en cause.

Sous prétexte de francs-tireurs, les Allemands boutèrent le feu à la cité qui fut presqu'entièrment détruite et assassinèrent plusieurs visétois, dont certains membres de notre gilde.

Les Allemands avaient invoqué comme prétexte à l'incendie de Visé, et d'autres villes,
la présence de francs-tireurs qui auraient agressés les troupes teutonnes lorsqu'elles envahirent le pays.
Il a été démontré depuis très longtemps que c'était complètement faux.
C'est tout juste si nous leur avions pas déclaré la guerre...
La propagande allemande alla jusqu'à faire des photos montrant la résistance qui "obligea leur armée à riposter",
l'image ci-dessous en est un exemple, elle montre des barricades dressées à Visé
Des cartes similaires existent également pour d'autres communes comme Battice
traduction (merci à Alain Woolf):
Visé - Place avec des barricades -
La localité fut complètement détruite suite à une attaque perfide contre des soldats allemands au début d'août 1914.

carte de propagande allemande justifiant la destruction de Visé en 1914
Deux quartiers échappèrent à l'incendie d'août 1914,celui de Souvré au sud de la ville en contrebas,
et celui de
Devant-le-Pont sur la rive gauche sauvé par l'intervention d'un allemand directeur d'une usine dans le quartier Basse-Meuse.
Grâce à cela on peut trouver sur le Quai du Halage des maisons qui datent de plusieurs siècles, et un peu plus loin l'ancienne maison qui servit de quartier général à Louis XIV
les seuls vestiges visétois du centre étant essentiellement les rues Dossin et Raskinroy.

En 1919
Le 28 mai, Roi Albert 1er vient en visite à Visé, ville martyre.
Il demandera à l'Abbé Goffin de lui retracer le combat des gendarmes auquel il avait assisté.
Le Roi s'en montra très ému et félicita le prêtre de son comportement pendant cette bataille

En 1921
la Compagnie pourra reprendre ses fêtes et cortèges interrompus pendant la Grande Guerre et la reconstruction de la ville

Le 11 novembre 1924

La compagnie assiste en même temps que les associations patriotiques,
à l'inauguration du Monument aux Morts de la Grande Guerre au cimetière de Lorette
inauguration du monument et de la pelouse d'honneur aux victimes de 14-18 cimetière de Lorette à Visé

 



En 1935,
le Roi accorde le titre de Compagnie Royale
aux Francs Arquebusiers

1939

Cérémonie d'hommage aux défunts au cimetière de Lorette en 1939, la chapelle des combattants n'existe pas encore
La dernière fête eut lieu le 2 juillet 1939.
On sent que la guerre n'est pas loin.
Dans une lettre du 30 octobre 1939, la compagnie invitait ses membres à une réunion le dimanche 8 novembre pour rendre hommage aux victimes de 1914 au monument aux morts

Visé, Café du Pont

1er juillet 1945,

L'occupation terminée, les Francs Arquebusiers se rendirent au cimetière de Lorette,
en tenue de ville avec les tambours et les drapeaux pour y célébrer leur cérémonie et rendre un hommage encore plus solennel aux disparus.

La réunion des membres dut avoir lieu au Café du Pont tenu par le confrère Léon Douin, car la salle de l'Alliance, rue Dodémont, avait été incendiée et n'était pas disponible.
En fait elle avait subit des tirs provenant des canons américains situés sur la rive gauche et qui attaquaient les allemands

Durant les deux périodes de guerre, les gildes durent cesser leurs activités,
mais dès la fin de la guerre fêtaient ensemble la Liberté retrouvée.


Tambours à Visé en 1946, fête de la libération, Léonard Cordy tambour-major
Cérémonie patriotique en 1946,
on reconnait à l'avant plan, Léonard Cordy, Tambour-Major des Francs
qui commande des tambours en civil issus des trois gildes qui défilent rue du Perron
Le tambour en pantalon golf au milieu du premier rang est
Nicolas (Nico) Kinet

 

 


le premier blason des arquebusiers,

La pierre angulaire de la compagnie est le

Serment de Fidélité,

tant à l'égard de saint Martin qu'envers les statuts qui ont unis les Francs Arquebusiers à travers les siècles.

La gilde des Francs Arquebusiers se caractérise également par l'esprit de convivialité qui anime tous ses membres,
esprit générateur d'enthousiasme qui a permis de nombreuses réalisations,
ainsi que pendant longtemps par le beau temps exceptionnel lors des fêtes de juillet.

Le soleil omniprésent, à quelques exceptions, donna naissance à l'adage:
" Si tu veux du beau temps ... viens marcher dans les Francs..."
les autres compagnies visétoises n'étant pas toujours dotées de cette chance...

En 1952
photo de la compagnie au local
cliquer pour agrandir

En 1960
un nouveau collier fut offert par Etienne Michaux à notre Empereur en remplacement de l'ancien qui n'avait pu être récupéré par les Francs.

Ce collier d'argent massif date du 16e siècle et porte en médaillon central notre patron saint Martin et un papegai à son extrémité.
Il s'agit d'un collier de gilde datant du 16e siècle, qui fut recherché et trouvé par Albert Jaminet,
collectionneur et numismate averti qui pour sa part a offert sa collection d'armes au musée des Francs Arquebusiers ainsi qu'à celui de la Ville de Visé.

blason des de Jamine / Jaminet

de Jamine
Jaminet
saint Martin, collier du 16e siècle argent et vermeil porté par l'empereur des Francs Arquebusiers de Visé
médaillon central du collier d'argent
saint Martin partageant son manteau
cliquer pour agrandir

Le 3 juillet 1960

une nouvelle statue de saint Martin fut inaugurée
Elle remplaçait les statues anciennes perdues en 1910 et détruites en 1914,
notre saint patron retrouvait enfin sa place dans les rangs

la bénédiction de St Martin en 1960, abbé Simonon,André Charlier, Michel Van Valster, Albert Jaminet.doc M. Poelmans
L'abbé Simonon,
Au fond Albert Jaminet, et portant les drapeaux André Charlier et Michel Van Calster
Bénédiction de la statue de St Martin en 1960 doc M. Poelmans
La cérémonie se passe devant la chapelle de Lorette.
La photo montre la bénédiction de la statue et on y reconnait, le Capitaine Commandant Hubert George à gauche de l'Abbé Simonon et au fond Albert Jaminet qui offrit sa collection d'armes au musée des Francs et trouva le collier du 16e siècle porté par notre empereur

St Martin des Francs Arquebusiers Photo Gianni Canova

Cette statue est l'oeuvre de deux artistes liégeois;

Vandesandt
sculpteur

et
Poisinger
peintre


professeurs aux Beaux Arts de Liège

 

En 1979
Les Francs fêtaient dignement le 400e anniversaire de leur gilde
Un 400e qui fut d'abord endeuillé par la tragique disparition de notre Empereur Hadelin Woolf, victime d'un accident.
C'était un homme d'une gentillesse extrême, de grande classe, aimable,
et que nous rencontrions en ville dans son uniforme de policier de la Ville de Visé où il était apprécié.
Il fut le premier à porter le collier offert par Etienne Michaux.

L'Empereur Hadelin Woolf et les aides de camp Gérard Humblet et Marcel Poelmans
Hadelin Woolf entouré de Gérard Humblet et Marcel Poelmans
ancienne tenue de l'Empereur et ses Aides de camp

L'habit noir porté par les officiers et anciennement par l'Empereur jusqu'en 1989, est une descendance de l'habit militaire porté autrefois.
Cet habit dont les basques et les fausses poches réprésentaient les pans repliés et attachés par des boutons ainsi que les poches du grand manteau ( le surtout ) des soldats en marche.

En cette année 1979, c'est Fernand Humblet qui fut proclamé nouvel Empereur

l'Empereur Fernand Humblet et ses aides de camp  Victor Michiels et Claude Claes
L'Empereur Fernand Humblet et ses aides de camp Victor Michiels et Claude Claes

Blason des Francs Arquebusiers, pierre de taille à l'angle du local de l'Alliance
pour ce 400e anniversaire, une pierre de taille fut apposée sur la façade du local de l'Alliance
La médaille frappée pour l'occasion représentait notre patron saint Martin,
et la Rue de la Station fut rebaptisée
RUE DES FRANCS ARQUEBUSIERS

Sous l'impulsion d'un nouveau Comité des Jeunes Francs vinrent ensuite quelques changements:

En 1985
Le Corps des Sapeurs
les Sapeurs des Francs Arquebusiers, Sergent Georges Delfosse
fut reformé comme autrefois,
habillé avec un uniforme d'inspiration post napoléonienne qui était de mise en 1803 lorsque le compagnie se redressa, il sont d'inspiration française et fort semblables à ceux des
sapeurs de l'armée belge au début de son existence

En 1986
l'Escorte de saint Martin
L'escorte de St Martin, Sergent Philippens
est créée.
Les soldats de l'escorte adopteront la tunique des
Grenadiers belges de 1854.
La statue de saint Martin était jusqu'alors portée par des Officiers en habits entourés de cadets portant des étendards écarlates
St Martin des FAV porté par les Officiers entourés des étendards portés par les Cadets

En 1987

Le Corps des Tambours

fut rhabillé dans le même uniforme des
Grenadiers belges
avec toutefois le bonnet à poils de la grande tenue
au lieu du shako de service
porté par les soldats de l''Escorte de St Martin

Les Grenadiers de 1854 Les grenadiers de 1854
cliquez sur les images pour agrandir

Ici à droite:

Tambour des Grenadiers
en tenue d'hiver avec le manteau

En 1987
les Mousquetaires
font leur réapparition dans les rangs
cérémonie au cimetière de Lorette, l'Empereur Fernand Humblet, les aides de camp Claude Claes et Maurice Martin, les Mousquetaires Jean-François, Alain et Marc Poelmans

En 1989,

ce furent ensuite
les officiers porte-drapeau
qui changèrent d'uniforme pour adopter celui de la
Gendarmerie à pied de la fin du 19e siècle

Gendarmerie Nationale:
Officiers porte drapeau

La Gendarmerie La Gendarmerie

Alain Woolf
entouré de Paul Lambert et André Verjans

Tenue de Général et d'Aide de camp de Général d'Infanterie
Armée belge 19e siècle

En 1989,

L'empereur et ses aides de camp
adoptèrent aussi un nouvel uniforme,
troquant l'habit noir, rehaussé de galons or pour l'empereur, et le pantalon rouge,
ils choisiront l'uniforme presigieux de général et d'aide de camp de général d'infanterie belge de la fin du 19e siècle. confectionné également d'après les planches de
Robert Aubry
cliquer sur les images pour agrandir


Nos Généraux Nos Généraux AUBRYP09.JPG AUBRYP10.JPG
Planche Nos Généraux:
l'Empereur

Planche Officiers d'Etat Major:
Aides de Camp

Comme on peut le constater, à l'inverse de costumes pseudo-militaires de fantaisie,
tous les uniformes militaires des Francs Arquebusiers, à quelques détails près,
sont des uniformes ayant réellement existés autrefois dans l'Armée belge.

st Martin en bronze, Francs Arquebusiers, réalisation Marc Poelmans

Collégiale de Visé, le porche d'entrée avec St Martin, bas relief en pierre de taille offert par les Francs Arquebusiers1999
le 4 juillet 1999,
lors de leur 420e anniversaire,
c'est à la Collégiale saint Martin
que les Francs Arquebusiers offraient un bas relief de pierre représentant saint Martin
placé juste au-dessus du porche d'entrée principal et que tout le monde salue en pénétrant dans l'édifice.
Il porte la mention
"Hommage des Francs Arquebusiers"
"1579-1999"

Cette pièce fut réalisée par l'atelier "La Pierre Bleue" de Comblain au Pont.
et inaugurée en présence des autorités par
Monsieur le Doyen Etienne Van den Peereboom
Ce bas-relief rappelle l'attachement des Francs Arquebusiers à leur saint patron et à la Collégiale qui porte son nom, même si la compagnie n'y fait plus de cérémonie, et fait fi des rancunes du passé qui leur vit l'entrée interdite

cliquer sur l'image pour agrandir

St Martin , bas-relief en pierre de taille Collégialle de Visé

La compagnie est en route vers son 425e anniversaire qu'elle fêtera dignement,
dans le même esprit de respect des traditions
et de tous ceux qui ont précédés les Francs Arquebusiers depuis 1579 jusqu'à aujourd'hui

Vers le 21e siècle

dernière mise à jour:27/04/10
Home

Home


les blasons sont dessinés et placés avec l'aimable autorisation de